Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[acc]
— 9 —

fondation ancienne, c’est toujours sous l’abside que se trouvent placées les cryptes ;

Abside.eglise.du.Thor 2.png

aussi le sol des absides, autant par suite de cette disposition que par tradition, se trouve-t-il élevé de quelques marches au-dessus du sol de la nef et du transept. Les églises de Saint-Denis en France et de Saint-Benoît-sur-Loire, présentent des exemples complets de cryptes réservées sous les absides, et construites de manière à relever le pavé des ronds-points de quinze à vingt marches au-dessus du niveau du transept. (Voy. Crypte.)

Parmi les absides les plus remarquables et les plus complètes, on peut citer celles des églises d’Ainay à Lyon, de l’Abbaye-aux-Dames à Caen, de Notre-Dame-du-Port à Clermont, de Saint-Sernin à Toulouse, XIe et XIIe siècles ; de Brioude, de Fontgombaud, des cathédrales de Paris, de Reims, d’Amiens, de Bourges, d’Auxerre, de Chartres, de Beauvais, de Séez ; des églises de Pontigny, de Vézelay, de Semur en Auxois, XIIe et XIIIe siècles ; des cathédrales de Limoges, de Narbonne, d’Alby ; des églises de Saint-Ouen de Rouen, XIVe siècle ; de la cathédrale de Toulouse, de l’église du Mont-Saint-Michel-en-mer, XVe siècle ; des églises de Saint-Pierre de Caen, de Saint-Eustache de Paris, de Brou, XVIe. Généralement les absides sont les parties les plus anciennes des édifices religieux : 1° parce que c’est par là que la construction des églises a été commencée ; 2° parce qu’étant le lieu saint, celui où s’exerce le culte, on a toujours dû hésiter à modifier des dispositions traditionnelles ; 3° parce que par la nature même de la construction, cette partie des monuments religieux du moyen âge est la plus solide, celle qui résiste le mieux aux poussées des voûtes, aux incendies, et qui se trouve dans notre climat, tournée vers la meilleure exposition.

Il est cependant des exceptions à cette règle, mais elles sont assez rares, et elles ont été motivées par des accidents particuliers, ou parce que des sanctuaires anciens ayant été conservés pendant que l’on reconstruisait les nefs, on a dû après que celles-ci étaient élevées, rebâtir les absides pour les remettre en harmonie avec les nouvelles dispositions.

Accolade.XIVe.siecle.png

ACCOLADE, s. f. On donne ce nom à certaines courbes qui couronnent les linteaux des portes et fenêtres, particulièrement dans l’architecture civile. Ce n’est guère que vers la fin du XIVe siècle que l’on commence à employer ces formes engendrées par des arcs de cercle, et qui semblent uniquement destinées à orner les faces extérieures des linteaux. Les accolades sont, à leur origine, à peine apparentes (1); plus tard, elles se