Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/175

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 156 —

pas de place à cette admiration calme que doit causer toute œuvre d’art. Les surfaces sont tellement divisées par une quantité innombrable de nerfs saillants, de compartiments découpés, qu’on n’aperçoit plus nulle part les nus des constructions, qu’on ne comprend plus leur contexture et leur appareil. Les lignes horizontales sont bannies, si bien que l’œil forcé de suivre ces longues lignes verticales ne sait où s’arrêter, et ne comprend pas pourquoi l’édifice ne s’élève pas toujours pour se perdre dans les nuages. La sculpture prend une plus grande importance, en suivant encore la méthode appliquée dès le XIIIe siècle ; en imitant la flore, elle pousse cette imitation à l’excès, elle exagère le modelé ; les feuillages, les fleurs ne tiennent plus à la construction, il semble que les artistes aient pris à tâche de faire croire à des superpositions pétrifiées ; il en résulte une sorte de fouillis qui peut paraître surprenant, qui peut étonner par la difficulté de l’exécution, mais qui distrait et fait perdre de vue l’ensemble des édifices. Ce qu’il y a d’admirable dans l’ornementation appliquée à l’architecture du XIIIe siècle, c’est sa parfaite harmonie avec les lignes de l’architecture ; au lieu de gêner elle aide à comprendre l’adoption de telle ou telle forme, on ne pourrait la déplacer, elle tient à la pierre. Au XVe siècle au contraire, l’ornementation n’est plus qu’un appendice qui peut être supprimé sans nuire à l’ensemble, de même que l’on enlèverait une décoration de feuillages appliquée à un monument pour une fête. Cette recherche puérile dans l’imitation exacte des objets naturels ne peut s’allier avec les formes rigides de l’architecture, d’autant moins qu’au XVe siècle ces formes ont quelque chose d’aigu, de rigoureux, de géométrique en complet désaccord avec la souplesse exagérée de la sculpture. L’application systématique dans l’ensemble comme dans les détails de la ligne verticale, en dépit de l’horizontalité des constructions de pierre, choque le bon sens même lorsque le raisonnement ne vient pas vous rendre compte de cet effet (voy. Appareil).

Les architectes du XIIIe siècle en diminuant les pleins dans leurs édifices, en supprimant les murs et les remplaçant peu à peu par des à-jours, avaient bien été obligés de garnir ces vides par des claires-voies de pierre (voy. Meneau, Rose) ; mais il faut dire que les compartiments de pierre découpée qui forment comme les clôtures ou les châssis de leurs baies sont combinés suivant les règles de la statique, et que la pierre conserve toujours son rôle. Au XIVe siècle déjà ces claires-voies deviennent trop grêles et ne peuvent plus se maintenir qu’à l’aide d’armatures en fer ; cependant les dispositions premières sont conservées. Au XVe siècle, les claires-voies des baies, ajourées comme de la dentelle, présentant des combinaisons de courbes et de contre-courbes qui ne sont nullement motivées par la construction, donnant dans leur section des formes prismatiques aiguës, ne peuvent plus être solidement maintenues que par des artifices d’appareil, ou à l’aide de nombreux ferrements qui deviennent une des premières causes de destruction de la pierre. Non contents de garnir les baies par des châssis de pierre tracés sur des épures compliquées, les architectes du XVe siècle