Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/159

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 140 —

pour qu’elle pût devenir l’art d’une nation ; enseignée et pratiquée, comme nous l’avons dit, par les établissements religieux, elle était soumise à leurs règles particulières, règles qui n’avaient d’autre lien entre elles que la papauté ne pouvant exercer aucune action matérielle sur les formes de l’art. Cette architecture en était réduite ou à rester stationnaire, ou à prendre ses éléments de progrès de tous côtés, suivant les caprices ou les goûts des abbés. Mais quand l’unité du pouvoir monarchique commença de s’établir, cette unité, secondée par des artistes laïques faisant partie de corporations reconnues, dut, par la force naturelle des choses, former un centre d’art qui allait rayonner de tous côtés en même temps que son action politique. Ce résultat est apparent dès le commencement du XIIIe siècle. On voit peu à peu l’architecture romane s’éteindre, s’atrophier sous l’architecture inaugurée par les artistes laïques ; elle recule devant ses progrès, se conserve quelque temps indécise dans les établissements monastiques, dans les provinces où l’action du pouvoir monarchique ne se fait pas encore sentir, jusqu’au moment où une nouvelle conquête de la monarchie dans ces provinces en détruit brusquement les derniers vestiges, en venant planter tout à coup et sans aucune transition un monument sorti du domaine royal, comme on plante un étendard au milieu d’une cité gagnée. À partir du XIIIe siècle l’architecture suit pas à pas les progrès du pouvoir royal, elle l’accompagne, elle semble faire partie de ses prérogatives ; elle se développe avec énergie là où ce pouvoir est fort, incontesté ; elle est mélangée et ses formes sont incertaines là où ce pouvoir est faible et contesté.

C’est pendant les dernières années du XIIe siècle et au commencement du XIIIe que toutes les grandes cathédrales du domaine royal sont fondées et presque entièrement terminées sur des plans nouveaux. Notre-Dame de Paris, Notre-Dame de Chartres, les cathédrales de Bourges, de Laon, de Soissons, de Meaux, de Noyon, d’Amiens, de Rouen, de Cambrai, d’Arras, de Tours, de Séez, de Coutances, de Bayeux, sont commencées sous le règne de Philippe Auguste pour être achevées presque toutes à la fin du XIIIe siècle. La Champagne si bien liée, politiquement parlant, au domaine royal sous saint Louis, élève de son côté les grandes cathédrales de Reims, de Châlons, de Troyes. La Bourgogne et le Bourbonnais suivent la nouvelle direction imprimée à l’architecture, et bâtissent les cathédrales d’Auxerre, de Nevers, de Lyon. Bientôt la vicomté de Carcassonne fait partie du domaine royal, et reçoit seule l’influence directe de l’architecture officielle au milieu de contrées qui continuent jusqu’au XVe siècle les traditions romanes abâtardies. Quant à la Guyenne, qui reste apanage de la couronne d’Angleterre jusque sous Charles V, quant à la Provence, qui ne devient française que sous Louis XI, l’architecture du domaine

    romane « était circonscrite sur un sol dont on connaît les limites, en deçà et au delà de la Loire. » En peut-on dire autant de l’architecture que l’on désigne sous le nom de romane ? (Voy. dans l’art. de M. Vitet précité, p. 30 et 31, la judicieuse critique sur cette dénomination.)