Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/152

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 133 —

À la fin du XIIe siècle, l’architecture, déjà pratiquée par des artistes laïques, conserve quelque chose de son origine théocratique ; bien que contenue encore dans les traditions romanes, elle prend un caractère de soudaineté qui fait pressentir ce qu’elle deviendra cinquante ans plus tard ; elle laisse apparaître parfois des hardiesses étranges, des tentatives qui bientôt deviendront des règles. Chaque province élève de vastes édifices qui vont servir de types ; et au milieu de ces travaux partiels, mais qui se développent rapidement, le domaine royal conserve le premier rang. Dans l’histoire des peuples, la Providence place toujours les hommes des circonstances ; Philippe Auguste régnait alors ; son habileté comme politique, son caractère prudent et hardi à la fois, élevaient la royauté à un degré de puissance inconnu depuis Charlemagne. L’un des premiers il avait su occuper sa noblesse à des entreprises vraiment nationales ; la féodalité perdait sous son règne les derniers vestiges de ses habitudes de conquérant pour faire partie de la nation. Grand nombre de villes et de simples bourgades recevaient des chartes octroyées de plein gré ; le haut clergé prenait une moins grande part dans les affaires séculières, et se réformait. Le pays se constituait enfin, et la royauté de fait, selon l’expression de M. Guizot, était placée au niveau de la royauté de droit. L’unité gouvernementale apparaissait, et sous son influence l’architecture se dépouillait de ses vieilles formes, empruntées de tous côtés, pour se ranger, elle aussi, sous des lois qui en firent un art national.

Philippe Auguste avait ajouté au domaine royal la Normandie, l’Artois, le Vermandois, le Maine, la Touraine, l’Anjou et le Poitou, c’est-à-dire les provinces les plus riches de France, et celles qui renfermaient les populations les plus actives et les plus industrieuses. La prépondérance monarchique avait absorbé peu à peu dans les provinces, et particulièrement dans l’Île-de-France, l’influence de la féodalité séculière et des grands établissements religieux. À l’ombre de ce pouvoir naissant, les villes mieux protégées dans leurs libertés, avaient organisé leur administration avec plus de sécurité et de force ; quelques-unes même, comme Paris, n’avaient pas eu besoin, pour développer leur industrie, de s’ériger en communes, elles vivaient immédiatement sous la protection du pouvoir royal, et cela leur suffisait. Or, on n’a pas tenu assez compte, il nous semble, de cette influence du pouvoir monarchique sur les arts en France. Il semble que François Ier ait été le premier roi qui ait pesé sur les arts, tandis que dès la fin du XIIe siècle nous voyons l’architecture, et les arts qui en dépendent, se développer avec une incroyable vigueur dans le domaine royal, et avant tout dans l’Île-de-France, c’est-à-dire dans la partie de ce domaine qui, après le démembrement féodal de la fin du Xe siècle, était restée l’apanage des rois. De Philippe Auguste à Louis XIV, l’esprit général de la monarchie présente un caractère frappant ; c’est quelque chose d’impartial et de grand, de contenu et de logique dans la direction des affaires, qui distingue cette monarchie entre toutes dans l’histoire des peuples de l’Europe occidentale. La monarchie française est peut-être, à partir du XIIe siècle, la