Page:Viollet-le-Duc - Description du château de Coucy.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.



nombre de gens d’armes, et pour leur fournir des munitions et des vivres pendant un siège d’un an, pouvait défier toutes les armées de son siècle : or le sire de Coucy n’était pas le seul vassal du roi de France dont la puissance fût à redouter.

Les successeurs du redoutable Enguerrand III, véritable type du seigneur féodal, virent l’énorme puissance de leur aïeul décliner entre leurs mains. Son fils Raoul II périt en Égypte, à la bataille de Mansourah. Enguerrand VII, qui devint seigneur de Coucy en 1344, fut envoyé en Angleterre comme otage de la rançon du roi Jean, et à son retour se vit contraint d’accorder à vingt-deux des bourgs et villages qui relevaient de son château une charte collective d’affranchissement. Il mourut en 1396, en Bithynie. Ce fut le dernier seigneur de la famille de Coucy. En 1400, Louis d’Orléans acquit ce beau domaine moyennant quatre cent mille livres tournois. La terre fut érigée en pairie pour lui, par le roi Charles VI, en 1404. Louis d’Orléans, qui fit bâtir le château de Pierrefonds, possédait ainsi entre Paris et la Flandre deux places d’une grande importance. Ce fut lui qui, en l’espace de deux ou trois ans, fit reconstruire en grande partie les bâtiments d’habitation du château de Coucy, les grandes salles des Preux et des Preuses, et qui fit surélever les anciennes courtines du temps d’Enguerrand III. D’après leur caractère archéologique, ces constructions doivent appartenir à l’époque de l’acquisition du domaine de Coucy par ce prince, c’est-à-dire aux premières années du xve siècle. Il ne paraît guère probable qu’Enguerrand VII, trouvant son domaine dévasté et ses revenus considérablement diminués à son retour d’Angleterre, ait pu entreprendre des travaux aussi importants et aussi dispendieux ; tandis qu’au contraire Louis d’Orléans, prince fort riche et grand amateur des belles résidences, devait naturellement, en faisant l’acqui-