Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dans les temps les plus vicieux de l’histoire, je vois que la majorité est consciencieuse et cherche le vrai et l’honnête.

J’ai rendu gràce à Dieu en mon âme en faisant cette remarque ; j’ai cherché à l’appliquer à tous les temps, en tremblant, et je l’ai trouvée juste avec bonheur.

J’en ferai grand usage et l’appliquerai à notre temps et au passé.

———

Le malheur des écrivains est qu’ils s’embarrassent peu de dire vrai, pourvu qu’ils disent. — Il est temps de ne chercher les paroles que dans sa conscience.

———

Avec la Maréchale d’Ancre, j’essayai de faire lire une page d’histoire sur le théâtre. Avec Chatterton, j’essaye d’y faire lire une page de philosophie.

———

Le tempérament ardent, c’est l’imagination des corps.

———


Les hommes d’action s’étourdissent par le mouvement, pour ne pas se fatiguer à achever des idées ébauchées