Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— C’est sûr, » lui répondit Gripper.

Mais le brouillard, en s’entr’ouvrant, avait montré aux yeux du commandant une passe immense et libre qu’il ne soupçonnait pas ; elle tendait à l’écarter de la côte ; il résolut de profiter sans délai de cette chance favorable ; les hommes furent disposés de chaque côté du chenal ; des aussières leur furent tendues, et ils commencèrent à remorquer le navire dans la direction du nord.

Pendant de longues heures cette manœuvre fut exécutée avec ardeur, quoique en silence ; Shandon avait fait rallumer les fourneaux pour profiter de ce chenal si heureusement découvert.

« C’est un hasard providentiel, dit-il à Johnson, et si nous pouvons gagner seulement quelques milles, peut-être serons-nous à bout de nos peines ! Monsieur Brunton, activez le feu ; dès que la pression sera suffisante, vous me ferez prévenir. En attendant, que nos hommes redoublent de courage ; ce sera autant de gagné. Ils ont hâte de s’éloigner du Pouce-du-Diable ! eh bien ! nous profiterons de leurs bonnes dispositions. »

Tout d’un coup, la marche du brick fut brusquement suspendue.

« Qu’y-a-t-il, demanda Shandon ? Wall, est-ce que nous avons cassé nos remorques ?

— Mais non, commandant, répondit Wall, en se penchant au-dessus du bastingage. Hé ! voilà les hommes qui rebroussent chemin ; ils grimpent sur le navire ; ils ont l’air en proie à une étrange frayeur !

— Qu’est-ce donc ? s’écria Shandon en se précipitant à l’avant du brick.

— À bord ! à bord ! » s’écriaient les matelots avec l’accent de la plus vive terreur.

Shandon regarda dans la direction du nord, et frissonna malgré lui.

Un animal étrange, aux mouvements effrayants, dont la langue fumante sortait d’une gueule énorme, bondissait à une encablure de navire ; il paraissait avoir plus de vingt pieds de haut ; ses poils se hérissaient ; il poursuivait les matelots, se mettant en arrêt sur eux, tandis que sa queue formidable, longue de dix pieds, balayait la neige et la soulevait en épais tourbillons. La vue d’un pareil monstre glaça d’effroi les plus intrépides.

« C’est un ours ! disait l’un.

— C’est la bête du Gévaudan !

— C’est le lion de l’Apocalypse ! »

Shandon courut à sa cabine prendre un fusil toujours chargé ; le docteur sauta sur ses armes et se tint prêt à faire feu sur cet animal, qui, par ses dimensions, rappelait les quadrupèdes antédiluviens.

Il approchait, en faisant des bonds immenses ; Shandon et le docteur firent