Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Par qui ? comment ? Eh ! je n’en sais rien, répliqua le charpentier, embarrassé à son tour.

— Eh ! par le Dog-Captain, s’écria Clifton. Il a déjà écrit une première fois, il peut bien écrire une seconde. Oh ! si je savais seulement la moitié de ce que sait cet animal-là, je ne serais pas embarrassé d’être premier lord de l’Amirauté.

— Ainsi, reprit Bolton pour conclure, tu t’en tiens à ton opinion que ce chien-là est le capitaine ?

— Oui, comme je l’ai dit.

— Eh bien, dit Pen d’une voix sourde, si cet animal-là ne veut pas crever dans la peau d’un chien, il n’a qu’à se dépêcher de devenir un homme, car, foi de Pen, je lui ferai son affaire.

— Et pourquoi cela ? demanda Garry.

— Parce que cela me plaît, répondit brutalement Pen, et je n’ai de compte à rendre à personne.

— Assez causé, les enfants, cria maître Johnson en intervenant au moment où la conversation semblait devoir mal tourner. À l’ouvrage, et que ces scies soient installées plus vite que cela ! Il faut franchir la banquise !

— Bon ! un vendredi ! répondit Clifton en haussant les épaules. Vous verrez qu’on ne passe pas si facilement le cercle polaire ! »

Quoi qu’il en soit, les efforts de l’équipage furent à peu près impuissants pendant cette journée. Le Forward, lancé à toute vapeur contre les ice-fields, ne parvint pas à les séparer ; on fut obligé de s’ancrer pendant la nuit.

Le samedi, la température s’abaissa encore sous l’influence d’un vent de l’est ; le temps se mit au clair, et le regard put s’étendre au loin sur ces plaines blanches que la réflexion des rayons solaires rendait éblouissantes. À sept heures du matin, le thermomètre accusait huit degrés au-dessous de zéro (-22° centig.).

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 043.jpg

Le docteur était tenté de rester tranquillement dans sa cabine à relire des voyages arctiques ; mais il se demanda, suivant son habitude, ce qui lui serait le plus désagréable à faire en ce moment. Il se répondit que monter sur le pont par cette température, et aider les hommes dans la manœuvre, n’avait rien de très-réjouissant. Donc, fidèle à sa règle de conduite, il quitta sa cabine si bien chauffée et vint contribuer au halage du navire. Il avait bonne figure avec les lunettes vertes au moyen desquelles il préservait ses yeux contre la morsure des rayons réfléchis, et dans ses