Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
AVENTURES DU CAPITAINE HATTERAS

distribuer à l’équipage des vêtements convenables, une jaquette et un pantalon de laine, une chemise de flanelle, des bas de wadmel, comme en portent les paysans norvégiens. Chaque homme fut également muni d’une paire de bottes de mer parfaitement imperméables.Quant à Captain, il se contentait de sa fourrure naturelle ; il paraissait peu sensible aux changements de température ; il devait avoir passé par plus d’une épreuve de ce genre, et, d’ailleurs, un danois n’avait pas le droit de se montrer difficile. On ne le voyait guère, et il se tenait presque toujours caché dans les parties les plus sombres du bâtiment.Vers le soir, à travers une éclaircie de brouillard, la côte du Groënland se laissa entrevoir par 37°2’7’’ de longitude ; le docteur, armé de sa lunette, put un instant distinguer une suite de pics sillonnés par de larges glaciers ; mais le brouillard se referma rapidement sur cette vision, comme le rideau d’un théâtre qui tombe au moment le plus intéressant de la pièce.

m=16px


Le Forward se trouva, le 20 avril au matin, en vue d’un ice-berg haut de cent cinquante pieds, échoué en cet endroit de temps immémorial ; les dégels n’ont pas prise sur lui, et respectent ses formes étranges. Snow l’a vu ; James Ross, en 1829, en prit un dessin exact, et en 1851, le lieutenant français Bellot, à bord du Prince-Albert, le remarqua parfaitement. Naturellement le docteur voulut conserver l’image de cette montagne célèbre, et il en fit une esquisse très réussie.Il n’est pas surprenant que de semblables masses soient échouées, et par conséquent s’attachent invinciblement au sol ; pour un pied hors de l’eau, elles ont à peu près deux au-dessous, ce qui donnerait à celle-ci quatre-vingts brasses environ de profondeur[1].Enfin, par une température qui ne fut à midi que de 12° (—11° centigrades), sous un ciel de neige et de brouillards, on aperçut le cap Farewel. Le Forward arrivait au jour fixé ; le capitaine inconnu, s’il lui plaisait de venir relever sa position par ce temps diabolique, n’aurait pas à se plaindre.« Voilà donc, se dit le docteur, ce cap célèbre, ce cap si bien nommé [2]! Beaucoup l’ont franchi comme nous, qui ne devaient jamais le revoir ! Est-ce donc un adieu éternel dit à ses amis d’Europe ? Vous avez passé là, Frobisher, Knight,

  1. Quatre cents pieds.
  2. Farewell signifie adieu.