Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/466

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


von-Septentrional était extrêmement accidentée ; il fallut franchir les monts Trauter par des gorges impraticables, en luttant contre tous les éléments déchaînés. Le traîneau, les hommes et les chiens faillirent y rester, et, plus d’une fois, le désespoir s’empara de cette petite troupe, si aguerrie cependant et si faite aux fatigues d’une expédition polaire. Mais, sans qu’ils s’en rendissent compte, ces pauvres gens étaient usés moralement et physiquement ; on ne supporte pas impunément dix-huit mois d’incessantes fatigues et une succession énervante d’espérances et de désespoirs. D’ailleurs, il faut le remarquer, l’aller se fait avec un entraînement, une conviction, une foi qui manquent au retour. Aussi, les malheureux se traînaient avec peine ; on peut dire qu’ils marchaient par habitude, par un reste d’énergie animale presque indépendante de leur volonté.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 124.jpg


Ce ne fut que le 30 août qu’ils sortirent enfin de ce chaos de montagnes, dont l’orographie des zones basses ne peut donner aucune idée, mais ils en sortirent meurtris et à demi gelés. Le docteur ne suffisait plus à soutenir ses compagnons, et il se sentait défaillir lui-même.

Les monts Trauter venaient aboutir à une plaine convulsionnée par le soulèvement primitif de la montagne.

Là, il fallut absolument prendre quelques jours de repos ; les voyageurs ne pouvaient plus mettre un pied devant l’autre ; deux des chiens d’attelage étaient morts d’épuisement.

On s’abrita donc derrière un glaçon, par un froid de deux degrés au-dessous de zéro (—19° centig.) ; personne n’eut le courage de dresser la tente.