Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/446

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


question que les savants débattirent longtemps à la suite d’une singulière découverte.

— Laquelle donc ?

— Voici. En 1771, on découvrit le cadavre d’un rhinocéros sur les bords de la mer Glaciale, et, en 1799, celui d’un éléphant sur les côtes de la Sibérie. Comment ces quadrupèdes des pays chauds se rencontraient-ils sous une pareille latitude ? De là, étrange rumeur parmi les géologues, qui n’étaient pas aussi savants que le fut depuis un Français, M. Élie de Beaumont, lequel démontra que ces animaux vivaient sous des latitudes déjà élevées, et que les torrents et les fleuves avaient tout bonnement amené leurs cadavres là où on les avait trouvés. Mais, comme cette explication n’était pas encore émise, devinez ce qu’inventa l’imagination des savants ?

— Les savants sont capables de tout, dit Altamont en riant.

— Oui, de tout pour expliquer un fait ; eh bien, ils supposèrent que le pôle de la terre avait été autrefois à l’équateur, et l’équateur au pôle.

— Bah !

— Comme je vous le dis, et sérieusement ; or, s’il en eût été ainsi, comme la terre est aplatie au pôle de plus de cinq lieues, les mers, transportées au nouvel équateur par la force centrifuge, auraient recouvert des montagnes deux fois hautes comme l’Himalaya ; tous les pays qui avoisinent le cercle polaire, la Suède, la Norvège, la Russie, la Sibérie, le Groënland, la Nouvelle-Bretagne, eussent été ensevelis sous cinq lieues d’eau, tandis que les régions équatoriales, rejetées au pôle, auraient formé des plateaux élevés de cinq lieues.

— Quel changement ! fit Johnson.

— Oh ! cela n’effrayait guère les savants.

— Et comment expliquaient-ils ce bouleversement ? demanda Altamont.

— Par le choc d’une comète. La comète est le « Deus ex machina » ; toutes les fois qu’on est embarrassé en cosmographie, on appelle une comète à son secours. C’est l’astre le plus complaisant que je connaisse, et, au moindre signe d’un savant, il se dérange pour tout arranger !

— Alors, dit Johnson, selon vous, monsieur Clawbonny, ce bouleversement est impossible ?

— Impossible !

— Et s’il arrivait ?

— S’il arrivait, l’équateur serait gelé en vingt-quatre heures !

— Bon ! s’il se produisait maintenant, dit Bell, on serait capable de dire que nous ne sommes pas allés au pôle !