Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/435

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


signalant de temps en temps sa présence par les grognements éloignés de son monstrueux équipage.

En ce moment, il y eut redoublement de la tempête, ce fut un déchaînement sans nom des ondes atmosphériques ; l’embarcation, soulevée hors des flots, se prit à tournoyer avec une vitesse vertigineuse ; sa misaine arrachée s’enfuit dans l’ombre comme un grand oiseau blanc ; un trou circulaire, un nouveau Maëlstrœm, se forma dans le remous des vagues ; les navigateurs, enlacés dans ce tourbillon, coururent avec une rapidité telle que ses lignes d’eau leur semblaient immobiles, malgré leur incalculable rapidité. Ils s’enfonçaient peu à peu. Au fond du gouffre, une aspiration puissante, une succion irrésistible se faisait, qui les attirait et les engloutissait vivants.

Ils s’étaient levés tous les cinq. Ils regardaient d’un regard effaré. Le vertige les prenait. Ils avaient en eux ce sentiment indéfinissable de l’abîme !

Mais, tout d’un coup, la chaloupe se releva perpendiculairement. Son avant domina les lignes du tourbillon ; la vitesse dont elle était douée la projeta hors du centre d’attraction, et, s’échappant par la tangente de cette circonférence qui faisait plus de mille tours à la seconde, elle fut lancée au-dehors avec la vitesse d’un boulet de canon.

Altamont, le docteur, Johnson, Bell furent renversés sur leurs bancs.

Quand ils se relevèrent, Hatteras avait disparu.

Il était deux heures du matin.




CHAPITRE XXIII. — LE PAVILLON D’ANGLETERRE.


Un cri, parti de quatre poitrines, succéda au premier instant de stupeur.

« Hatteras ? dit le docteur.

— Disparu ! firent Johnson et Bell.

— Perdu ! »

Ils regardèrent autour d’eux. Rien n’apparaissait sur cette mer houleuse. Duk aboyait avec un accent désespéré ; il voulait se précipiter au milieu des flots, et Bell parvenait à peine à le retenir.

« Prenez place au gouvernail, Altamont, dit le docteur, et tentons tout au monde pour retrouver notre infortuné capitaine ! »

Johnson et Bell reprirent leurs bancs. Altamont saisit la barre, et la chaloupe errante revint au vent.