Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/434

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pendant un quart d’heure, long comme un siècle, la chaloupe et le glaçon naviguèrent de conserve, tantôt écartés de vingt toises, tantôt prêts à se heurter ; parfois l’un dominait l’autre, et les monstres n’avaient qu’à se laisser choir. Les chiens groënlandais tremblaient d’épouvante. Duk restait immobile.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 112.jpg


Hatteras et ses compagnons étaient muets ; il ne leur venait pas même à l’idée de mettre la barre dessous pour s’écarter de ce redoutable voisinage, et ils se maintenaient dans leur route avec une inflexible rigueur. Un sentiment vague, qui tenait plus de l’étonnement que de la terreur, s’emparait de leur cerveau ; ils admiraient, et ce terrifiant spectacle complétait la lutte des éléments.

Enfin, le glaçon s’éloigna peu à peu, poussé par le vent auquel résistait la chaloupe avec sa misaine bordée à plat, et il disparut au milieu du brouillard,