Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mise on avait le droit de se montrer difficile en fait de brouillards, mais je vois que je me suis trompé !

— Eh bien, répondit Bell, nous devrions allumer des torches comme à Londres ou à Liverpool !


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 095.jpg


— Pourquoi pas ? répliqua le docteur ; c’est une idée, cela ; on éclairerait peu la route, mais au moins on verrait le guide, et nous nous dirigerions plus directement.

— Mais, dit Bell, comment se procurer des torches ?

— Avec de l’étoupe imbibée d’esprit-de-vin et fixée au bout de nos bâtons.

— Bien trouvé, répondit Johnson, et ce ne sera pas long à établir. »