Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/359

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« C’est ici le pays des angines, répondit-il ; il faut bien que le remède soit auprès du mal.

— Le remède et surtout le médecin, » ajouta Johnson, dans l’esprit duquel le docteur prenait des proportions pyramidales.

Pendant ces nouveaux loisirs, celui-ci résolut d’avoir avec le capitaine une conversation importante : il s’agissait de faire revenir Hatteras sur cette idée de reprendre la route du nord sans emporter une chaloupe, un canot quelconque, un morceau de bois, enfin de quoi franchir les bras de mer ou les détroits. Le capitaine, si absolu dans ses idées, s’était formellement prononcé contre l’emploi d’une embarcation faite des débris du navire américain.

Le docteur ne savait trop comment entrer en matière, et cependant il importait que ce point fût promptement décidé, car le mois de juin amènerait bientôt l’époque des grandes excursions. Enfin, après avoir longtemps réfléchi, il prit un jour Hatteras à part, et, avec son air de douce bonté, il lui dit :

« Hatteras, me croyez-vous votre ami ?

— Certes, répondit le capitaine avec vivacité, le meilleur, et même le seul.

— Si je vous donne un conseil, reprit le docteur, un conseil que vous ne me demandez pas, le regarderez-vous comme désintéressé ?

— Oui, car je sais que l’intérêt personnel ne vous a jamais guidé ; mais où voulez-vous en venir ?

— Attendez, Hatteras, j’ai encore une demande à vous faire. Me croyez-vous un bon Anglais, comme vous, et ambitieux de gloire pour mon pays ? »

Hatteras fixa le docteur d’un œil surpris.

« Oui, répondit-il, en l’interrogeant du regard sur le but de sa demande.

— Vous voulez arriver au pôle nord, reprit le docteur ; je conçois votre ambition, je la partage ; mais, pour parvenir à ce but, il faut faire le nécessaire.

— Eh bien, jusqu’ici, n’ai-je pas tout sacrifié pour réussir ?

— Non, Hatteras, vous n’avez pas sacrifié vos répulsions personnelles, et en ce moment je vous vois prêt à refuser les moyens indispensables pour atteindre le pôle.

— Ah ! répondit Hatteras, vous voulez parler de cette chaloupe, de cet homme…

— Voyons, Hatteras, raisonnons sans passion, froidement, et examinons cette question sous toutes ses faces. La côte sur laquelle nous venons d’hiverner peut être interrompue ; rien ne nous prouve qu’elle se prolonge pendant six degrés au nord ; si les renseignements qui vous ont amené jusqu’ici se justifient, nous