Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/353

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À neuf heures du matin, tout fut terminé. Il était temps ; les ours se livraient avec furie à leur rage de démolition.

Le docteur jugea le moment arrivé. Johnson fut placé dans le magasin à poudre, et chargé de tirer sur la corde rattachée au poteau. Il prit place à son poste.

« Maintenant, dit le docteur à ses compagnons, préparez vos armes, pour le cas où les assiégeants ne seraient pas tués du premier coup, et rangez-vous auprès de Johnson : aussitôt après l’explosion, faites irruption au-dehors.

'The Field of Ice' by Riou and Montaut 058.jpg

— Convenu, répondit l’Américain.

— Et maintenant, nous avons fait tout ce que des hommes peuvent faire ! nous nous sommes aidés ! que le Ciel nous aide ! »

Hatteras, Altamont et Bell se rendirent à la poudrière. Le docteur resta seul près de la pile.