Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ce cap, fort élevé, est remarquable par sa couleur d’un rouge brun ; de là, dans les temps clairs, la vue peut s’étendre jusqu’à l’entrée du canal Wellington. Vers le soir, on vit le cap Bellot séparé du cap Walker par la baie de Mac-Leon. Le cap Bellot fut ainsi nommé en présence du jeune officier français, que l’expédition anglaise salua d’un triple hurrah. En cet endroit, la côte est faite d’une pierre calcaire jaunâtre, d’apparence très rugueuse ; elle est défendue par d’énormes glaçons que les vents du nord y entassent de la façon la plus imposante. Elle fut bientôt perdue de vue par le Forward, qui s’ouvrit, au travers des glaces mal cimentées, un chemin vers l’île Beechey, en traversant le détroit de Barrow.

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 084.jpg

Hatteras, résolu à marcher en ligne droite, pour ne pas être entraîné au-delà de l’île, ne quitta guère son poste pendant les jours suivants ; il montait fréquemment dans les barres de perroquet pour choisir les passes avantageuses. Tout ce que peuvent faire l’habileté, le sang-froid, l’audace, le génie même d’un marin, il le fit pendant cette traversée du détroit. La chance, il est vrai, ne le favorisait guère, car, à cette époque, il eût dû trouver la mer à peu près libre. Mais enfin, en ne ménageant ni sa vapeur, ni son équipage, ni lui-même, il parvint à son but.

Le 3 juillet, à onze heures du matin, l’ice-master signala une terre dans le nord ; son observation faite, Hatteras reconnut l’île Beechey, ce rendez-vous général des navigateurs arctiques. Là, touchèrent presque tous les navires qui s’aventuraient dans ces mers. Là, Franklin établit son premier hivernage, avant de s’enfoncer dans le détroit de Wellington. Là, Creswell, le lieutenant de Mac