Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détroit libre de glace ? Et s’il manque l’île Beechey, et s’il ne peut y parvenir, que deviendrons-nous ?

— Vous avez raison, Shandon ; Hatteras me paraît imprudent ; mais pourquoi ne lui faites-vous pas quelques observations à ce sujet ?

— Non, Wall, répondit Shandon avec une amertume mal déguisée ; j’ai résolu de me taire ; je n’ai plus la responsabilité du navire ; j’attendrai les événements ; on me commande, j’obéis, et je ne donne pas d’opinion.

— Permettez-moi de vous dire que vous avez tort, Shandon, puisqu’il s’agit d’un intérêt commun, et que ces imprudences du capitaine peuvent nous coûter fort cher à tous.

— Et si je lui parlais, Wall, m’écouterait-il ? »

Wall n’osa répondre affirmativement.

« Mais, ajouta-t-il, il écouterait peut-être les représentations de l’équipage.

— L’équipage ! fit Shandon en haussant les épaules ; mais, mon pauvre Wall, vous ne l’avez donc pas observé ? Il est animé d'un tout autre sentiment que celui de son salut ! Il sait qu’il s’avance vers le soixante-douzième parallèle, et qu’une somme de mille livres lui est acquise par chaque degré gagné au-delà de cette latitude.

— Vous avez raison, Shandon, répondit Wall, et le capitaine a pris là le meilleur moyen de tenir ses hommes.

— Sans doute, répondit Shandon, pour le présent du moins.

— Que voulez-vous dire ?

— Je veux dire qu’en l’absence de dangers ou de fatigues, par une mer libre, cela ira tout seul ; Hatteras les a pris par l’argent ; mais ce que l’on fait pour l’argent, on le fait mal. Viennent donc les circonstances difficiles, les dangers, la misère, la maladie, le découragement, le froid, au-devant duquel nous nous précipitons en insensés, et vous verrez si ces gens-là se souviennent encore d’une prime à gagner !

— Alors, selon vous, Shandon, Hatteras ne réussira pas ?

— Non, Wall, il ne réussira pas ; dans une pareille entreprise, il faut entre les chefs une parfaite communauté d’idées, une sympathie qui n’existe pas. J’ajoute qu’Hatteras est un fou ; son passé tout entier le prouve ! Enfin, nous verrons ! il peut arriver des circonstances telles, que l’on soit forcé de donner le commandement du navire à un capitaine moins aventureux….

— Cependant, dit Wall, en secouant la tête d’un air de doute, Hatteras aura toujours pour lui…

— Il aura, répliqua Shandon, en interrompant l’officier, il aura le docteur