Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/314

Cette page a été validée par deux contributeurs.

308
les frères kip.


Karl Kip ne crut donc pas devoir prévenir M. Hawkins. Toutefois, en dépit de Flig Balt, qui s’en apercevait, il ne cessa de surveiller la direction donnée à l’homme de barre.

Au surplus, Flig Balt et ses complices ne tardèrent pas à être servis par les circonstances.

Dans la soirée du 17, le temps changea. Le soleil venait de se coucher sur un horizon chargé de nuages lourds. La mer, qui sentait quelque chose, devenait houleuse. Toute la journée, la chaleur avait été accablante. À plusieurs reprises, la brise ayant refusé, les voiles battirent sur les mâts.

Vers trois heures de l’après-midi, le thermomètre Fahrenheit avait accusé cent trois degrés à l’ombre[1] et, vers cinq heures, le baromètre était tombé à vingt-sept pouces [2]. Ce rapide abaissement de la colonne mercurielle indiquait un profond trouble atmosphérique.

Du reste, la houle très mouvementée, quelques lames qui déferlaient déjà, annonçaient que le vent faisait rage dans l’ouest.

Ce trouble atmosphérique fut précédé d’un violent orage. Vers neuf heures, après de

  1. 39°44 centigrades.
  2. 730 millimètres.