Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/241

Cette page a été validée par deux contributeurs.

235
port-praslin.


Pieter Kip répondit alors :

« Nos ressources sont bornées ou plutôt nulles… Nous avons perdu dans ce naufrage tout ce que nous possédions, et, puisque M. Hawkins a bien voulu nous accepter comme passagers, il est préférable que nous restions à bord…

— Vous êtes chez vous, mes amis, déclara l’armateur. Le brick est toujours en cours de navigation… J’ajouterai même que, si vous avez besoin de vous procurer des vêtements, du linge, je me mets à votre disposition…

— Moi aussi, messieurs, dit M. Zieger.

— Nous vous remercions, répondit Karl Kip, et, dès notre retour en Hollande, nous vous ferons adresser…

— Il n’est pas question de cela, maintenant, reprit Hawkins. On s’arrangera plus tard, et il ne faut pas que cela vous préoccupe.

M. Gibson demanda au négociant combien de temps, à son avis, le brick devrait séjourner à Port-Praslin pour décharger la cargaison et en recevoir une nouvelle.

« Trois semaines environ, affirma M. Zieger, si une suffit à débarquer vos marchandises que je me charge de placer avantageusement dans la colonie.