Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/91

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cette nuit s’acheva enfin, et tel avait été l’état de leur esprit que ni le forestier ni le docteur n’eurent conscience du temps qui s’écoula jusqu’au lever du jour. Rien ne resta dans leur mémoire des heures qui précédèrent les premières lueurs du matin.

À cet instant, une ligne rosée se dessina sur l’arête du Paring, à l’horizon de l’est, de l’autre côté de la vallée des deux Sils. De légères blancheurs s’éparpillèrent au zénith sur un fond de ciel rayé comme une peau de zèbre.

Nic Deck se tourna vers le château. Il vit ses formes s’accentuer peu à peu, le donjon se dégager des hautes brumes qui descendaient le col de Vulkan, la chapelle, les galeries, la courtine émerger des vapeurs nocturnes, puis, sur le bastion d’angle, se découper le hêtre, dont les feuilles bruissaient à la brise du levant.

Rien de changé à l’aspect ordinaire du burg. La cloche était aussi immobile que la vieille girouette féodale. Aucune fumée n’empanachait les cheminées du donjon, dont les fenêtres grillagées étaient obstinément closes.

Au-dessus de la plate-forme, quelques oiseaux voltigeaient en jetant de petits cris clairs.

Nic Deck tourna son regard vers l’entrée principale du château. Le pont-levis, relevé contre la baie, fermait la poterne entre les deux pilastres de pierre écussonnés aux armes des barons de Gortz.

Le forestier était-il donc décidé à pousser jusqu’au bout cette aventureuse expédition ? Oui, et sa résolution n’avait point été entamée par les événements de la nuit. Chose dite, chose faite : c’était sa devise, comme on sait. Ni la voix mystérieuse qui l’avait menacé personnellement dans la grande salle du Roi Mathias, ni les phénomènes inexplicables de sons et de lumière dont il venait d’être témoin, ne l’empêcheraient de franchir la muraille du burg. Une heure lui suffirait pour parcourir les galeries, visiter le donjon, et alors, sa promesse accomplie, il reprendrait le chemin de Werst, où il pourrait arriver avant midi.

Quant au docteur Patak, ce n’était plus qu’une machine inerte,