Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« La cloche… murmure-t-il, la cloche du burg ! »

Oui ! c’est bien la cloche de la vieille chapelle, et non celle de l’église de Vulkan, dont le vent eût emporté les sons en une direction contraire.

Et voici que ses battements sont plus précipités… La main qui la met en branle ne sonne pas un glas de mort… Non ! c’est un tocsin dont les coups haletants réveillent les échos de la frontière transylvaine.

En entendant ces vibrations lugubres, le docteur Patak est pris d’une peur convulsive, d’une insurmontable angoisse, d’une irrésistible épouvante, qui lui fait courir de froides horripilations sur tout le corps.

Mais le forestier a été tiré de son sommeil par les volées terrifiantes de cette cloche. Il s’est redressé, tandis que le docteur Patak semble comme rentré en lui-même.

Nic Deck tend l’oreille, et ses yeux cherchent à percer les épaisses ténèbres qui recouvrent le burg.

« Cette cloche !… Cette cloche !… répète le docteur Patak. C’est le Chort qui la sonne !… »

Décidément, il croit plus que jamais au diable, le pauvre docteur absolument affolé !

Le forestier, immobile, ne lui a pas répondu.

Soudain, des rugissements, semblables à ceux que jettent les sirènes marines à l’entrée des ports, se déchaînent en tumultueuses ondes. L’espace est ébranlé sur un large rayon par leurs souffles assourdissants.

Puis, une clarté jaillit du donjon central, une clarté intense, d’où sortent des éclats d’une pénétrante vivacité, des corruscations aveuglantes. Quel foyer produit cette puissante lumière, dont les irradiations se promènent en longues nappes à la surface du plateau d’Orgall ? De quelle fournaise s’échappe cette source photogénique, qui semble embraser les roches, en même temps qu’elle les baigne d’une lividité étrange ?