Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/150

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Volontiers, monsieur le comte. »

Nic Deck fit par le menu le récit qui lui était demandé. Il ne put que confirmer les faits qui avaient été portés à la connaissance de Franz lors de sa conversation avec les hôtes du Roi Mathias, — faits auxquels le jeune comte, on le sait, donnait une interprétation purement naturelle.

En somme, les événements de cette nuit aux aventures, tout cela s’expliquait facilement si les êtres humains, malfaiteurs ou autres, qui occupaient le burg, possédaient la machinerie capable de produire ces effets fantasmagoriques. Quant à cette singulière prétention du docteur Patak de s’être senti enchaîné au sol par quelque force invisible, on pouvait soutenir que ledit docteur avait été le jouet d’une illusion. Ce qui paraissait vraisemblable, c’est que les jambes lui avaient manqué tout simplement parce qu’il était fou d’épouvante, et c’est ce que Franz déclara au jeune forestier.

« Comment, monsieur le comte, répondit Nic Deck, c’est au moment où il voulait s’enfuir que les jambes auraient manqué à ce poltron ? Cela n’est guère possible, vous en conviendrez…

— Eh bien, reprit Franz, admettons que ses pieds se soient engagés dans quelque piège caché sous les herbes au fond du fossé…

— Lorsque des pièges se referment, répondit le forestier, ils vous blessent cruellement, ils vous déchirent les chairs, et les jambes du docteur Patak n’ont pas trace de blessure.

— Votre observation est juste, Nic Deck, et pourtant, croyez-moi, s’il est vrai que le docteur n’a pu se dégager, c’est que ses pieds étaient retenus de cette façon…

— Je vous demanderai alors, monsieur le comte, comment un piège aurait pu se rouvrir de lui-même pour rendre la liberté au docteur ? »

Franz fut assez embarrassé pour répondre.

« Au surplus, monsieur le comte, reprit le forestier, je vous abandonne ce qui concerne le docteur Patak. Après tout, je ne puis affirmer que ce que je sais par moi-même.