Ouvrir le menu principal

Page:Verne - La Jangada, 1881, t1.djvu/266

Cette page a été validée par deux contributeurs.

258
LA JANGADA.

errante dont vous n’avez pas tiré jusqu’ici grand avantage !

— Vous avez raison, padre, répondit Torrès. Je ne dis pas non ! D’ailleurs, l’exemple est contagieux. À voir tous ces jeunes fiancés, cela met en appétit de mariage ! Mais je suis absolument étranger à la ville de Bélem, et, à moins de circonstances particulières, cela peut rendre mon établissement plus difficile !

— D’où êtes-vous donc ? demanda Fragoso, qui avait toujours cette arrière-pensée d’avoir déjà rencontré Torrès quelque part.

— De la province de Minas Geraës.

— Et vous êtes né ?…

— Dans la capitale même de l’arrayal diamantin, à Tijuco. »

Qui eût regardé Joam Garral, en ce moment, aurait été épouvanté de la fixité de son regard, qui se croisait avec celui de Torrès.