Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/280

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tain nombre de degrés au-dessous de zéro. Un simple choc, il est vrai, suffit à la faire prendre subitement.

La petite Nina et son ami Pablo n’avaient eu garde de manquer au rendez-vous.

« Mignonne, dit le capitaine Servadac, saurais-tu bien lancer un morceau de glace dans la mer ?

— Oh oui ! répondit la petite fille, mais mon ami Pablo le jetterait bien plus loin que moi.

— Essaye tout de même, » reprit Hector Servadac, en mettant un petit fragment de glace dans la main de Nina.

Puis, il ajouta :

« Regarde bien, Pablo ! Tu vas voir quelle petite fée est notre petite Nina ! »

Nina balança deux ou trois fois sa main et lança le morceau de glace, qui tomba dans l’eau calme…

Aussitôt une sorte d’immense grésillement se fit entendre, qui se propagea jusqu’au delà des limites de l’horizon.

La mer Gallienne venait de se solidifier sur sa surface tout entière !