Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/253

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’épais massif devait-elle cet éclat et cette température ? Tout simplement à un torrent de laves qui se précipitait devant sa baie, largement ouverte sur la mer ! On eût dit les nappes du Niagara central, tendues à la célèbre grotte des Vents. Seulement, ici, ce n’était pas un rideau liquide, c’était un rideau de flammes qui se déroulait devant la vaste baie de la caverne.

« Ah ! ciel secourable ! s’écria le capitaine Servadac, je ne t’en demandais pas tant ! »