Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XIV


QUI MONTRE UNE CERTAINE TENSION DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES ET ABOUTIT À UNE DÉCONVENUE GÉOGRAPHIQUE.


La goëlette accosta rapidement l’îlot, et les Anglais purent lire à son tableau d’arrière le nom de Dobryna.

Un retour des roches formait dans la partie sud une petite crique, qui n’aurait pu contenir quatre bateaux de pêche, mais la goëlette y devait trouver un mouillage suffisant et même sûr, à la condition que les vents du sud et de l’ouest ne vinssent pas à fraîchir. Elle entra donc dans cette crique. L’ancre fut mouillée, et un canot à quatre avirons, portant le comte Timascheff et le capitaine Servadac, accosta bientôt le littoral de l’îlot.

Le brigadier Murphy et le major Oliphant, raides et guindés, attendaient gravement.