Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/139

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas un cri de terreur qui s’échappa de toutes les poitrines.

Une coupée de la falaise, large de quarante pieds au plus, venait d’apparaître entre deux murs à pic. C’était un refuge, sinon un passage. La Dobryna, évoluant alors sous la main du lieutenant Procope, poussée par le vent et la mer, s’y précipita !... Peut-être n’en devait-elle plus jamais sortir !