Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
252
césar cascabel.

pagnons se réunissaient autour de la Belle-Roulotte, se cramponnant les uns aux autres. Jean cherchait à se rapprocher de Kayette. De tous les risques, le plus épouvantable eût été de se voir entraînés séparément sur les morceaux brisés du glaçon. D’ailleurs, il offrait moins de sécurité sur ses bords que dans sa partie centrale, où son épaisseur était plus considérable.

Pendant la nuit, MM. Serge et Cascabel, Jean et Clou veillèrent tour à tour. Ils mettaient tous leurs soins à s’y reconnaître au milieu de cette obscurité profonde, hantée d’énormes formes blanches, qui se mouvaient comme des fantômes. Bien que l’espace fût empli de brumes, fouettées par l’interminable bourrasque, la lune, très basse à l’horizon, l’imprégnait d’une lumière blafarde, et les icebergs pouvaient être aperçus à une certaine distance. Au cri de celui qui veillait, tout le monde était sur pied, en attendant le résultat du choc.

Souvent la direction de l’iceberg se modifiait, et il passait à contre-bord ; mais, quelquefois, il y avait rencontre, et la secousse cassait les cordes, arrachait les piquets de la Belle-Roulotte. C’était à croire que tout allait être brisé ; il fallait s’estimer heureux d’avoir résisté à la collision.

Et la température qui ne cessait d’être anormale ! Et cette mer, qui n’était pas prise pendant la première semaine de novembre ! Et ces parages qui restaient navigables, à peu de degrés au-dessus du Cercle polaire ! C’était vraiment une bien mauvaise chance ! Et encore si quelque baleinier, attardé dans sa campagne de pêche, fût passé en vue, on lui aurait fait des signaux, on aurait attiré son attention par des coups de feu ! Après avoir recueilli les naufragés, il les aurait ramenés dans un des ports du littoral américain, à Victoria, à San-Francisco, à San-Diego, ou sur la côte sibérienne, à Petropavlovsk, à Okhotsk… Mais non ! pas un navire ! Rien que des icebergs en mouvement ! Rien que l’immense mer déserte, que limitait au nord l’infranchissable banquise !

Très heureusement, à moins d’une prolongation invraisemblable de