Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/309

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Puis, après que les deux Français eurent bu à la santé de Sa Majesté Guillaume III, roi de Hollande, le Hollandais leva son verre en l’honneur du Président de la République française. Ces deux toasts furent salués par les vivats et les hurrahs de tous leurs camarades.

Il est à noter que M. Horatio Patterson ne prit point la parole pendant cet échange de souhaits et de compliments. La veille, sans doute, il avait épuisé les trésors de sa faconde naturelle, ou, tout au moins, il convenait de lui donner quelque repos. Il est vrai, sinon des lèvres, du cœur assurément, il s’unit à cette manifestation internationale.

Après une visite aux sites les plus curieux de cette partie de l’île, après avoir déjeuné sur la grève et dîné sous les arbres d’une forêt superbe avec les provisions emportées pour cette excursion, les touristes revinrent à Marigot. Puis, prenant congé de M. Anselme Guillon, auquel les remerciements ne furent point épargnés, ils rentrèrent à bord.

Tous, — et M. Patterson fut du nombre, — eurent le temps d’écrire à leurs parents. Au surplus, ceux-ci connaissaient depuis le 26 juillet l’arrivée de l’Alert à Saint-Thomas.