Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nome n’avait point négligé de recourir à des purgations variées et progressives, afin de se trouver dans les meilleures conditions sanitaires pour résister aux taquineries de Neptune. C’est, dit-on, une précaution préparatoire tout indiquée par l’expérience, et le futur passager de l’Alert l’avait scrupuleusement prise.

Ensuite — recommandation infiniment plus agréable, celle-ci — M. Horatio Patterson, avant de quitter Queenstown pour embarquer sur l’Alert, avait fait un excellent déjeuner en compagnie des jeunes boursiers, qui lui portèrent les toasts les plus rassurants.

Du reste, M. Patterson savait que l’endroit du bord où les secousses sont le moins ressenties est le centre du navire. Le tangage et le roulis les rendent plus violentes, soit à l’avant, soit à l’arrière. Aussi, dès le début, pendant les premières heures de navigation, il crut pouvoir demeurer sur la dunette. On le vit donc s’y promener de long en large, les jambes écartées, en vrai marin, de manière à mieux assurer son équilibre, et ce digne homme conseilla à ses compagnons de suivre son exemple. Mais, paraît-il, ceux-ci dédaignaient ces précautions, que