Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Et… s’il est contraire ?… fit observer M. Horatio Patterson.

— Cela n’empêcherait pas d’appareiller et de faire route. Ce qu’il nous faut, c’est la brise, d’où qu’elle souffle…

— Oui… s’écria Tony Renault, en tirant des bordées.

— Au plus près… ajouta Magnus Anders.

— Comme vous dites, messieurs », répliqua Harry Markel.

Et, en réalité, est-il une plus jolie allure que celle d’un bâtiment qui serre le vent, tribord ou bâbord amure, lorsque toutes ses voiles portent ?…

« Enfin, capitaine, demanda Niels Harboe, y a-t-il lieu de croire que la brise va reprendre…

— Dans l’après-midi ?… ajouta John Howard.

— Je l’espère, répondit Harry Markel. Voici près de soixante heures que durent ces calmes, et, assurément, ils vont cesser.

— Capitaine, interrogea Roger Hinsdale, nous désirerions savoir s’il y a quelque chance que l’Alert parte aujourd’hui ?…

— Je vous répète, messieurs, que je n’en serais nullement étonné, car le baromètre