Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trant le seul bâtiment qui fût alors à ce mouillage.

— Oui… mon jeune monsieur, l’Alert… répondit le patron du canot. Un joli navire, je vous assure !

— Vous connaissez le capitaine Paxton ?… demanda Louis Clodion.

— Je ne le connais point, et il est rarement venu à terre. Mais il passe pour un excellent marin, et il a un bon équipage sous ses ordres.

— Quel beau trois-mâts !… s’écriait Tony Renault, dont l’admiration était largement partagée par son camarade Magnus Anders.

— C’est un véritable yacht ! » dit Roger Hinsdale dont l’amour-propre fut flatté que Mrs Kethlen Seymour eût mis ce superbe bâtiment à leur disposition.

Un quart d’heure après, le canot accostait l’Alert au bas de l’échelle de tribord.

On le sait, ainsi que cela avait été convenu, le patron et ses deux hommes étaient restés dans le canot, qui reprit aussitôt la direction du port.

On sait aussi dans quelles conditions les présentations furent faites, comment Harry Markel reçut les voyageurs sous le nom du capitaine Paxton. Après cela, John Carpen-