Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


portant une dizaine de personnes, qui vient de quitter le port…

— Ce doit être le canot qui nous amène les passagers ! » s’écria le maître d’équipage.

Harry Markel et lui rentrèrent aussitôt dans le carré et braquèrent leurs longues-vues sur l’embarcation signalée par Corty.

Bientôt il ne fut plus douteux que cette embarcation se dirigeait vers l’Alert, aidée par le courant de la marée descendante. Menée par deux matelots, un troisième tenait la barre. Au milieu et à l’arrière étaient assises une dizaine de personnes, entre lesquelles on distinguait un certain nombre de colis et de valises.

Il y avait tout lieu de croire que c’étaient les passagers de l’Alert qui se rendaient à bord.

Moment décisif s’il en fut et qui allait peut-être voir s’écrouler cet échafaudage élevé par Harry Markel !

Tout, d’ailleurs, reposait sur cette seule éventualité que M. Patterson ou que l’un des jeunes garçons connussent le capitaine Paxton. Cela semblait au moins fort improbable, et c’était sur cette improbabilité qu’avait tablé Harry Markel pour l’exécution de son projet. Mais ne pouvait-il se faire que