Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les allures, n’emploierait pas plus de trois semaines à franchir la distance qui sépare l’Irlande de l’Antilie, si les calmes ne lui occasionnaient pas de retard.

Dès son premier voyage, l’Alert avait eu pour commandant le capitaine Paxton, pour second le lieutenant Davis, pour équipage, neuf hommes, personnel suffisant à manœuvrer un voilier de ce tonnage. Lors de la deuxième traversée, de Liverpool à Calcutta, ce personnel n’avait reçu aucune modification : mêmes officiers, mêmes matelots. Tel il avait été, tel il serait pour cette campagne entre l’Europe et l’Amérique. Entière confiance devait être accordée à ce capitaine Paxton, excellent marin, consciencieux et prudent, au sujet duquel les meilleures références avaient été fournies à Mrs Kethlen Seymour. Les jeunes boursiers et leur mentor trouveraient à bord de l’Alert, en vue de cette destination, tout le confort et aussi toute la sécurité que pouvaient désirer leurs familles. L’aller et le retour s’effectueraient pendant la belle saison, et l’absence des neuf pensionnaires d’Antilian School ne devait pas durer plus de deux mois et demi…

Par malheur, l’Alert n’était plus sous le commandement du capitaine Paxton. Son