Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/160

Cette page a été validée par deux contributeurs.


si près de terre, à une centaine de lieues seulement de la côte américaine ?

– En effet, Bronsfield, c’est une forte dépression, dit le capitaine Blomsberry. Il existe en cet endroit une vallée sous-marine creusée par le courant de Humboldt qui prolonge les côtes de l’Amérique jusqu’au détroit de Magellan.

– Ces grandes profondeurs, reprit le lieutenant, sont peu favorables à la pose des câbles télégraphiques. Mieux vaut un plateau uni, tel que celui qui supporte le câble américain entre Valentia et Terre-Neuve.

– J’en conviens, Bronsfield. Et, avec votre permission, lieutenant, où en sommes-nous maintenant ?

– Monsieur, répondit Bronsfield, nous avons en ce moment, vingt et un mille cinq cents pieds de ligne dehors, et le boulet qui entraîne la sonde n’a pas encore touché le fond, car la sonde serait remontée d’elle-même.

– Un ingénieux appareil que cet appareil Brook, dit le capitaine Blomsberry. Il permet d’obtenir des sondages d’une grande exactitude.

– Touche ! » cria en ce moment un des timoniers de l’avant qui surveillait l’opération.

Le capitaine et le lieutenant se rendirent sur le gaillard.

« Quelle profondeur avons-nous ? demanda le capitaine.

– Vingt et un mille sept cent soixante-deux pieds, répondit le lieutenant en inscrivant ce nombre sur son carnet.

– Bien, Bronsfield, dit le capitaine, je vais porter ce résultat sur ma carte. Maintenant, faites haler la sonde à bord. C’est un travail de plusieurs heures. Pendant cet instant, l’ingénieur allumera ses fourneaux, et nous serons prêts à partir dès que vous aurez terminé. Il est dix heures du soir, et, avec votre permission, lieutenant, je vais aller me coucher.

— Faites donc, monsieur, faites donc ! » répondit obligeamment le lieutenant Bronsfield.

Le capitaine de la Susquehanna, un brave homme s’il en fut, le très-humble serviteur de ses officiers, regagna sa cabine, prit un grog au brandy qui valut d’interminables témoignages de satisfaction à son maître d’hôtel, se coucha non sans avoir complimenté son domestique sur sa manière de faire les lits, et s’endormit d’un paisible sommeil.

Il était alors dix heures du soir. La onzième journée du mois de décembre allait s’achever dans une nuit magnifique.

La Susquehanna, corvette de cinq cents chevaux, de la marine nationale des États-Unis, s’occupait d’opérer des sondages dans le Pacifique, à cent lieues environ de la côte américaine, par le travers de cette presqu’île allongée qui se dessine sur la côte du Nouveau-Mexique.

Le vent avait peu à peu molli. Pas une agitation ne troublait les couches