Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/130

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’espace ? Non, puisque la nature leur avait donné ce splendide spectacle d’un météore cosmique éclatant par une expansion formidable, puisque cet incomparable feu d’artifice, qu’aucun Ruggieri ne saurait imiter, avait éclairé pendant quelques secondes le nimbe invisible de la Lune. Dans cette rapide éclaircie, des continents, des mers, des forêts leur étaient apparus. L’atmosphère apportait donc à cette face inconnue ses molécules vivifiantes ? Questions encore insolubles, éternellement posées devant la curiosité humaine !

Il était alors trois heures et demie du soir. Le boulet suivait sa direction curviligne autour de la Lune. Sa trajectoire avait-elle été encore une fois modifiée par le météore ? On pouvait le craindre. Le projectile devait, cependant, décrire une courbe imperturbablement déterminée par les lois de la mécanique rationnelle. Barbicane inclinait à croire que cette courbe serait plutôt une parabole qu’une hyperbole. Cependant, cette parabole admise, le boulet aurait dû sortir assez rapidement du cône d’ombre projeté dans l’espace à l’opposé du Soleil. Ce cône, en effet, est fort étroit, tant le diamètre angulaire de la Lune est petit, si on le compare au diamètre de l’astre du jour. Or, jusqu’ici, le projectile flottait dans cette ombre profonde. Quelle qu’eût été sa vitesse – et elle n’avait pu être médiocre – sa période d’occultation continuait. Cela était un fait évident, mais peut-être cela n’aurait-il pas dû être dans le cas supposé d’une trajectoire rigoureusement parabolique. Nouveau problème qui tourmentait le cerveau de Barbicane, véritablement emprisonné dans un cercle d’inconnues qu’il ne pouvait dégager.

Aucun des voyageurs ne pensait à prendre un instant de repos. Chacun guettait quelque fait inattendu qui eût jeté une lueur nouvelle sur les études uranographiques. Vers cinq heures, Michel Ardan distribua, sous le nom de dîner, quelques morceaux de pain et de viande froide, qui furent rapidement absorbés, sans que personne eût abandonné son hublot, dont la vitre s’encroûtait incessamment sous la condensation des vapeurs.

Vers cinq heures quarante-cinq minutes du soir, Nicholl, armé de sa lunette, signala vers le bord méridional de la Lune et dans la direction suivie par le projectile quelques points éclatants qui se découpaient sur le sombre écran du ciel. On eût dit une succession de pitons aigus, se profilant comme une ligne tremblée. Ils s’éclairaient assez vivement. Tel apparaît le linéament terminal de la Lune, lorsqu’elle se présente dans l’un de ses octants.

On ne pouvait s’y tromper. Il ne s’agissait plus d’un simple météore, dont cette arête lumineuse n’avait ni la couleur ni la mobilité. Pas davan-