Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.


viendra. C’était précisément cet hémisphère inconnu qui se dérobait à leurs yeux ! Cette face qui, quinze jours plus tôt ou quinze jours plus tard, avait été ou serait splendidement éclairée par les rayons solaires, se perdait alors dans l’absolue obscurité. Dans quinze jours, où serait le projectile ? Où les hasards des attractions l’auraient-ils entraîné ? Qui pouvait le dire ?

On admet généralement, d’après les observations sélénographiques, que l’hémisphère invisible de la Lune est, par sa constitution, absolument semblable à son hémisphère visible. On en découvre, en effet, la septième partie environ, dans ces mouvements de libration dont Barbicane avait parlé. Or, sur ces fuseaux entrevus, ce n’étaient que plaines et montagnes, cirques et cratères, analogues à ceux déjà relevés sur les cartes. On pouvait donc préjuger la même nature, un même monde, aride et mort. Et cependant, si l’atmosphère s’est réfugiée sur cette face ? Si, avec l’air, l’eau a donné la vie à ces continents régénérés ? Si la végétation y persiste encore ? Si les animaux peuplent ces continents et ces mers ? Si l’homme, dans ces conditions d’habitabilité, y vit toujours ? Que de questions il eût été intéressant de résoudre ! Que de solutions on eût tirées de la contemplation de cet hémisphère ! Quel ravissement de jeter un regard sur ce monde que l’œil humain n’a jamais entrevu !

On conçoit donc le déplaisir éprouvé par les voyageurs, au milieu de cette nuit noire. Toute observation du disque lunaire était interdite. Seules, les constellations sollicitaient leur regard, et il faut convenir que jamais astronomes, ni les Faye, ni les Chacornac, ni les Secchi, ne s’étaient trouvés dans des conditions aussi favorables pour les observer.

En effet, rien ne pouvait égaler la splendeur de ce monde sidéral baigné dans le limpide éther. Ces diamants incrustés dans la voûte céleste jetaient des feux superbes. Le regard embrassait le firmament depuis la Croix du Sud jusqu’à l’Étoile du Nord, ces deux constellations qui, dans douze mille ans, par suite de la précession des équinoxes, céderont leur rôle d’étoiles polaires, l’une à Canopus, de l’hémisphère austral, l’autre à Véga, de l’hémisphère boréal. L’imagination se perdait dans cet infini sublime, au milieu duquel gravitait le projectile, comme un nouvel astre créé de la main des hommes. Par un effet naturel, ces constellations brillaient d’un éclat doux ; elles ne scintillaient pas, car l’atmosphère manquait, qui, par l’interposition de ses couches inégalement denses et diversement humides, produit la scintillation. Ces étoiles, c’étaient de doux yeux qui regardaient dans cette nuit profonde, au milieu du silence absolu de l’espace.

Longtemps les voyageurs, muets, observèrent ainsi le firmament cons-