Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Les Amies, 1868.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.




SAPPHO




Furieuse, les yeux caves et les seins roides,
Sappho, que la langueur de son désir irrite,
Comme une louve court le long des grèves froides.

Elle songe à Phaon, oublieuse du rite,
Et voyant à ce point ses larmes dédaignées,
Arrache ses cheveux immenses par poignées.