Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.



À Mademoiselle Marthe.


Mignonne que je ne connais
Que par votre doux nom de Marthe,
Votre oncle veut que de moi parte
Vers vous le meilleur des sonnets.

Le meilleur, si je puis le faire,
J’en doute fort, mais je sais bien
Que je ne refuserai rien
À qui se montra si sévère

Et si doux, parfait dans son art
De chirurgien implacable
Quelquefois, mais adroit en diable !

Aussi, vous l’aimerez plus tard,
J’en suis sûr, comme il le mérite,
Sans qu’à ce cher devoir comme moi son bistouri vous invite !


Hôpital Broussais,
3 novembre 1893.