Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, IV.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
167
madame aubin


MADAME AUBIN

J’ai envie de m’en arrêter là de notre aventure.


PELTIER

Je ne comprends pas.


MADAME AUBIN

Ne m’interrompez pas. C’est fou ce que nous faisons là. Ce n’est pas ridicule, c’est fou. Nous serions moins heureux que nous ne l’étions et il a fallu vraiment toute l’influence de votre charmant caractère et la persuasion de votre franchise (Elle lui tend une main qu’il prend et garde.) pour me faire faire ce pas énorme. Il n’est plus temps, je le sais ou plutôt je m’en doute, de revenir sur un entraînement tel, mais, que voulez-vous ? et j’en suis au désespoir, après toute cette bravoure qui m’a déterminée, soutenue, entraînée durant ce long trajet de Paris à ici, dans cet endroit de hasard, ah ! j’ai peur…


PELTIER, au comble de la surprise, quelque sceptique et résolu qu’il ait paru jusqu’ici.

— Peur de qui et de quoi ?

Il laisse retomber la main de Mme Aubin et se croise les bras, attendant d’en plus entendre.