Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
élégies


MOI

M’a nécessairement conduit à la ruine.
Je n’ai plus rien…

TOI

Je n’ai plus rien…Assez, bon sang ! quelle platine !

MOI

Tu railles ma garrulité peut-être à tort,
Chéri. J’admets que j’ai tendu fort le ressort,
Je sais que j’exagère et sans doute plaisante.
Certes ton luxe et ton amour de lui présente
De modestes aspects, j’admets un peu forcés.
(Dame, on ne peut avoir trop avec pas assez)
Mais enfin tu n’es pas très femme de ménage,
Je puis le dire sans ridicule à mon âge
Calmé, lent, réfléchi…

TOI

Calmé, lent, réfléchi…Réfléchi, c’est le mot.

MOI

J’abuse du vocable en effet, mais pas trop
De la chose, conviens. Je disais donc, chérie.
Que je t’adjure de tout mon cœur et te prie
D’à ton tour réfléchir sur les nécessités
Qui nous tiennent, hélas, de pas mal de côtés.
Voyons, modérons-nous dans la petite vie
Agréable, après tout, que plus d’un nous envie.