Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/288

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III


« L’amitié, j’y renonce aussi
En partie : elle est décevante.
Ne débutant comme servante
Que pour tourner catin dès son coup réussi.

« Mon Dieu laissez rentrer en grâce
Un pécheur qui revient de loin !
À moi la tâche, à vous le soin
D’encourager au bien cette âme qui se lasse.

« J’ai prouvé que je vous aimais :
J’entends vous aimer plus encore
Et du soir jusques à l’aurore,
Et de l’aurore au soir vous servir à jamais.

« Toutes occupations autres
Que de vous chercher, je les hais…
Voyez que je ne mens pas… Mais
Guidez-moi, que je puisse encore être des vôtres. »