Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
127
dédicaces


Ô le ciel aux teintes sans nombre
Qu’opalisent l’ombre et l’éclat
De votre art clair ensemble et sombre,

Ciel dont il fallait que parlât
La gratitude encor des races,
Et dont il fallait que perlât

Cette douceur vraiment mystique
Et crue aussi vraiment qui rend
Rêveuse notre âpre critique,

Ô votre ciel, fils de Rembrandt !