Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/424

Cette page a été validée par deux contributeurs.
414
odes en son honneur


La cheville de mol ivoire
Et que parfume leur fraîcheur ;
Doigts délicats, frêle rougeur
Doucement fauve au talon, voire

Assez forte peau pour la marche,
Mais quoi ! faut-il pas au cher corps
Base solide et soutiens forts,
Au cher corps qui garde mon Arche,

L’arche de crainte et de blandices
Où j’entre, tous torts révolus,
Comme on monterait au ciel. Pieds
Divins, genoux fins, bonnes cuisses !