Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/418

Cette page a été validée par deux contributeurs.
408
odes en son honneur


Quand je me pâme, lors tu te pâmes.
Et je me pâme plus de sentir qu’aussi tu te pâmes.
 
Ah ! dis quand je mourrai, mourras-tu, toi ? »
Elle : « Comme je t’aimais mieux, je mourrai plus que toi. »

... Et je me réveillai de ce colloque
Hélas ! C’était un rêve (un rêve ou bien quoi ?) ce colloque.