Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/405

Cette page a été validée par deux contributeurs.
395
liturgies intimes



Aussi, Jésus ! avec un immense remords
Et plein de tels sanglots ! à cause de mes fautes
Je viens et je reviens à toi, crampes aux côtes,
Les pieds pleins de cloques et les usages morts,

Les usages ? Du cœur, de la tête, de tout
Mon être on dirait cloué de paralysie
Navrant en même temps ma pauvre poésie
Qui ne s’exhale plus, mais qui reste debout

Comme frappée, ainsi le troupeau par l’orage,
Berger en tête, et si fidèle nonobstant
Mon cœur est là, Seigneur, qui t’adore d’autant
Que tu m’aimes encore ainsi parmi l’orage.

Mon cœur est un troupeau dissipé par l’autan
Mais qui se réunit quand le vrai Berger siffle
Et que le bon vieux chien, Sergent ou Remords, gifle
D’une dent suffisante et dure assez l’engeance.

Affreuse que je suis, troupeau qui m’en allai
Vers une monstrueuse et solitaire voie.
Ô, me voici, Seigneur, ô votre sainte joie !
Votre pacage simple en les prés où, j’allai

Naguère, et le lin pur qu’il faut et qu’il fallut,
Et la contrition, hélas ! si nécessaire,
Et si vous voulez bien accepter ma misère,
La voici ! faites-la, telle, hélas ! qu’il fallut.