Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/281

Cette page a été validée par deux contributeurs.
271
parallèlement



Au gouffre où les malins, les matois, les « peinards »
Comme autant de démons d’enfer, un enfer bête
Et d’autant plus méchant dans ses ennuis traînards,
Accueillent d’escroquerie âpre le poète…

Ô mes chères, soyez mes muses, en ce nid
Encore bienséant d’un pamphlet qui s’essore.
Soyez à ce pauvret que la haine bénit
Le rire du soleil et les pleurs de l’aurore.

Donnez force et virilité, par le bonheur
Que vous donniez jadis à ma longue jeunesse,
Pour que je parle bien, et comme à votre honneur
Et comme en votre honneur, et pour que je renaisse

En quelque sorte à la Vigueur, non celle-là
Que nous déployions en des ères plus propices,
Mais à celle qu’il faut, au temps où nous voilà,
Contre les scélérats, les sots et les complices.

Ô mes femmes, soyez mes muses, voulez-vous ?
Soyez même un petit comme un lot d’Erynnies
Pour rendre plus méchants mes vers encor trop doux
À l’adresse de ce vil tas d’ignominies :