Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/119

Cette page a été validée par deux contributeurs.
109
amour


La croix du tabernacle et celle
De l’absoute luisent ainsi
Qu’un espoir infini que scelle
La Parole et le Sang aussi ;

La bière est blanche qu’illumine
La cire et berce le plain-chant
De promesse et de paix divine,
Berceau plus frêle et plus touchant.