Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/420

Cette page a été validée par deux contributeurs.

« Un rêve, un rêve affreux. Elle voyait Jésus,
« Terrible sur la nue et qui marchait dessus,
« Un glaive dans la main droite et de la main gauche
« Qui ramait lentement comme une faux qui fauche,
« Écartant sa prière, et passait furieux. »

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
Un prêtre saluant les assistants des yeux,

Entre.
Entre. Elle dort.
Entre. Elle dort. Ô ses paupières violettes !
Ô ses petites mains qui tremblent maigrelettes !
Ô tout son corps perdu dans des draps étouffants !

Regardez, elle meurt de la mort des enfants.
Et le prêtre anxieux se penche à son oreille.
Elle s’agite un peu, la voilà qui s’éveille,
Elle voudrait parler, la voilà qui s’endort
Plus pâle.
Plus pâle. Et le marquis : « Est-ce déjà la mort ? »
Et le docteur lui prend les deux mains et sort vite,

On l’enterrait hier matin. Pauvre petite !